Archives du mot-clé etats-unis

Think tanks, les penseurs de l’ombre …

Les think tanks sont des groupes de réflexion qui ont pour ambition de peser sur les décisions politiques. Certains ont un poids certain, particulièrement aux Etats-Unis. Ainsi, le PNAC (Projet pour un Nouveau Siècle Américain) a imposé son projet en matière de politique internationale à un George W. Bush qui n’avait aucun programme. En Europe, et surtout en France, les think tanks peinent davantage à s’imposer auprès des décideurs.
Entretien sur France 24 avec Martine Royo, co-auteur de Les think tanks : cerveaux de la guerre des idées.
Publicités

Big Brother, ou l’arroseur arrosé

La multiplication des caméras de surveillance, et toute l’armada sécuritaire qui en découle, est en train de se retourner contre ceux qui les ont décidées.

Les caméras de surveillance, dont le nombre n’a cessé d’augmenter depuis l’arrivée d’un certain Nicolas Sarkozy au ministère de l’intérieur, n’ont pas freiné la délinquance.

La loi sur la sécurité intérieure (LSI) qu’il a fait voter en mars 2003 et le fichage ADN ont permis l’élargissement des pouvoirs policiers. lien

Aujourd’hui Brice Hortefeux, nouveau ministre de l’intérieur a décidé en novembre 2009 de faire passer de 20 000 à 60 000 le nombre de caméras de surveillance.

Pourtant, dans les différentes études menées en Angleterre, mais aussi aux Etats Unis, ou en Australie, les caméras n’ont pas apporté des résultats significatifs, bien au contraire, même si certains rapports sont contradictoires. lien

Un rapport officiel de Scotland Yard, datant de mai 2009 affirmait que les caméras n’ont permis d’élucider que 3% des vols dans les rues de Londres.

Un autre rapport anglais de 2005 ne disait pas autre chose. lien

Pourtant en Grande-Bretagne, plus de 4 millions de caméras étaient déjà installées en 2007, soit une caméra pour 15 habitants.

Ils sont même allés assez loin dans la parano sécuritaire, puisque certaines sont parlantes, et diffusent régulièrement par haut parleur un message « original » : « big brother is watching you ! »

En France, on se souvient de la cavale insolente pendant de près de 3 mois de Jean Pierre Treiber, faisant en quelque sorte un pied de nez aux caméras qui l’avaient filmé, sans pour autant permettre son arrestation.

Rappelons qu’il s’était évadé d’une façon assez rocambolesque le 8 septembre 2009. lien

Ces caméras de surveillances ont un coût assez élevé. L’installation est évaluée entre 21 000 et 36 000 euros la caméra, coût de fonctionnement compris (le salaire des personnels choisis pour surveiller les écrans, par exemple, n’est pas compris dans ce prix) lien

Ce qui fait un total maximum dépassant les 2 milliards d’euros. lien

Si l’on y ajoute les salaires on suppute facilement que le total final dépasse allègrement 3 milliards d’euros et l’on est tenté de se dire qu’en temps de crise et de déficit budgétaire de l’Etat ce n’est peut-être pas un choix raisonnable.

La Corse qui ne veut pas être en reste, a voté en 2007 un plan caméras de surveillances qui va coûter 572 000 euros. lien

Mais il n’y a pas que les caméras, Michelle Alliot Marie à déclaré dans « le Monde » du 13 octobre 2007 « mettre en place des drones au dessus des zones urbaines ». lien

La facture risque donc de s’allonger.

Pourtant, certains positivent aujourd’hui.

C’est l’effet boomerang qui les encourage à voir d’un autre œil tout ce que « Big Brother » pourrait avoir d’effets bénéfiques.

Si l’on prend l’exemple du meurtre récent de Michel Blaise dans la capitale des Gaules, meurtre commis par 4 vigiles, sans les caméras de surveillance, ceux-ci n’auraient pu être si facilement inculpés. lien

Mais les meilleurs effets bénéfiques de la paranoïa sécuritaire restent liés à l’utilisation des téléphones portables.

Comme chacun sait, leur technologie évolue à vitesse grand V.

On peut aujourd’hui photographier, filmer et tant d’autres choses.

Certaines fonctions sont discutables, puisqu’il est possible aujourd’hui d’espionner un portable depuis son ordinateur en utilisant un logiciel spécifique. lien

On suppose allègrement que les séparations de couples, et autres divorces vont se multiplier sous peu.

Heureusement  il est bon de se rappeler que,  sans eux, nous n’aurions jamais eu la communication de ces « vidéos qui tuent ».

Rappelez vous de Sarkozy au Salon de l’Agriculture, et de son désormais célèbre « casse toi pauv’con », ou d’Hortefeux et de sa déclaration raciste « c’est quand il y en a beaucoup que çà pose problème ». lien

Sans les téléphones portables maniés par des citoyens investigateurs, nous n’aurions pas eu ces petites phrases.

Aujourd’hui, sans les téléphones portables, nous n’aurions qu’une vision partisane de ce qui se passe en Iran.

Mais grâce à eux, les vidéos se multiplient, et apportent la preuve de la vague de violence qui secoue le pays, et de la résistance désespérée des citoyens démocrates.

Sur ce lien, on en a la preuve. (Personnes sensibles s’abstenir).

Nul doute qu’à l’avenir, le téléphone portable va élargir le champ d’investigation citoyen, et nous apporter sur un plateau ces informations qu’en haut lieu, on essayait de dissimuler.

Ce qui est sans doute le plus paradoxal, c’est que ces outils que les puissants ont mis en place pour nous surveiller, se retournent tels des boomerangs, contre eux, puisque aujourd’hui c’est nous qui les espionnons.

Le syndrome de l’arroseur arrosé, en quelque sorte.

Car comme disait un vieil ami africain : « la langue qui fourche fait plus de mal que le pied qui trébuche ».

Source : AgoraVox


Bracelet électro-choc pour voyageurs en avion !!!

Alex Jones dans tous ses états, s’énervant sur la dernière trouvaille pour les moutons ayant envie de voyager.

La Société canadienne Lamperd Less Lethal a conçu un bracelet destiné à améliorer la sécurité des transports aériens. Le 1er juillet, WashingtonTimes.com annonçait que le Département Américain de la Sécurité Intérieure (DHS) était très intéressé par ce bracelet dit “de sécurité”2 .

Il est ainsi envisagé de faire porter ces bracelets aux passagers des lignes aériennes: comportant une puce RFID, le bracelet permet de tracer les passsagers dans l’aéroport et durant le vol. Par ailleurs, il peut être commandé à distance pour envoyer une décharge électrique à un passager, comme le ferait un Taser (utilisant la technologie EMD Electro Muscular Disruption), et le neutraliser.

Dans cette vidéo promotionnelle, il est clairement expliqué que ce bracelet est destiné à neutraliser un passager à distance en lui administrant une décharge électrique…

Suite ici:

http://www.humanrights21.org/?page_id=36

« À l’avenir, ce sera « pas de puce, pas de TV ». Ils veulent créer une société de bannis qui refusent de prendre la puce, et qui peuvent être ensuite diabolisés et blâmés de tous les maux de la société. Ils comptent sur la pression des pairs pour faire progresser une partie de leur agenda. Des clubs à travers l’Europe pucent déjà des personnes afin d’entrer dans les zones VIP.

Du côté de la sécurité et de la politique de cette équation, Tommy Thompson fait le tour des USA en préconisant « l’affectueuse » puce de sécurité.

TiVo introduit une demande de brevet pour un enregistreur vidéo basé sur la RFID.. »

http://www.prisonplanet.com/articles/november2005/241105tivofiles.htm

L’ENSEMBLE DES APPAREILS ELECTRONIQUES qui est visé !!!

VIOLATION DE LA VIE PRIVEE, DES LIBERTES ET DU LIBRE-ARBITRE, ET EMISSION DE VOS DONNEES PERSONNELLES GARANTIS !!!  »

En France? à lire

http://www.newsoftomorrow.org/spip.php?article5502

War made easy – VOSTFR

Ce film expose un demi-siècle de propagande gouvernementale et de manipulation des médias qui ont entraîné les Etats-Unis dans une série de conflits armés depuis la guerre du Vietnam à l’invasion de l’Irak. Narrer par l’acteur militant Sean Penn, le film exhume des séquences d’archives criantes de désinformation officielle, de Lindon Johnson à George W. Bush, dévoilant en détails comment les médias d’information américains se sont fait le porte voix des messages pro-guerre des administrations présidentielles successives. Guidé et inspiré par les analyses rigoureuses du critique des médias américains Norman Solomon, le film révèle un certain nombre d’exemples troublants de propagande étatique et de complicité médiatique, à travers des séquences d’archives uniques, actuelles et passées.

https://i1.wp.com/www.yourmoviestuff.com/wp-content/uploads/2008/03/war-made-easy_how-presidents-and-pundits-keep-spinning-us-to-death.jpg

Qualifiés par le Los Angeles Times comme étant « implacablement persuasifs », les travaux de Norman Solomon sont indispensables « pour ceux qui requièrent un point de vue élargi avec leur café du matin ». Ce film transpose ce regard critique à l’écran.

H1N1 : grand écart sur l’Atlantique

La campagne de vaccination qui bat son plein au États-Unis consiste en une « vaccination » par spray nasal de Flumist (littéralement « brouillard de grippe ») contenant 3 souches VIVANTES de virus de la grippe. Il est clairement mentionné dans la notice du Flumist que celui-ci peut rendre malade et contagieuse pendant trois semaines toute personne aux défenses immunitaires faibles, ce qui est le cas de plus de la moitié de la population américaine.

Huile de requin vs Brouillard de grippe

Euro-squalène contre US-Flumist . Dans ces conditions, on se réjouit que ce « vaccin » américain soit strictement interdit en Europe ! Reste à relever que si les USA utilisent le Flumist avec tous les risques que cela implique, c’est pour une raison toute simple : suite aux procédures intentées par les vétérans de la 1ère guerre du golfe, le squalène est interdit par une loi fédérale dans tous les USA. C’est le même squalène que contient le vaccin Pandremix pour lequel Madame Bachelot « invite » les entourages des nourrissons à ses faire piquer.

La quantité moyenne de squalène injectée chez le soldat U.S. par la vaccination contre l’anthrax pendant et après la guerre du Golfe était de 34,2 microgrammes par litre. le vaccin Pandremix contient 10,68 mg de squalène par 0,5 ml. Cela correspond à 21,36 grammes par litre, soit un million de fois plus de squalène par dose. (source : site Internet The Military Vaccine Resource Directory & document officiel de l’EMEA)

L’étude retenue par le juge de la Cour fédérale américain pour interdire l’usage du squalène révèle que ce fut l’autre cause du Syndrome de guerre du golfe chez 25% des 697.000 soldats américains. Si on considère que 175.000 des 697.000 soldats furent officiellement reconnus affectés par le syndrome de la Guerre du Golfe et qu’un quart l’étaient par le squalène, on arrive au résultat suivant : l’usage du squalène au faible dosage américain provoquait des dégâts plus ou moins graves dans 6,28% des cas. A quoi pouvons-nous nous attendre avec un dosage 1 million de fois supérieur ? Malheureusement, je crains que nous n’allons pas tarder à le savoir.

Résister, une question vitale

H1N1 : grand écart sur l’Atlantique
Il faut rendre hommage au 90% de médecins qui ont courageusement résisté aux injonctions et aux manœuvres d’intimidation de Mme Bachelot, dont l’irresponsabilité ne s’explique que par sa carrière de chargée de communication de l’industrie pharmaceutique, (ICI Pharma puis Soguipharm) carrière qu’elle a simplement poursuivie au ministère de la Santé. Cet exemple de résistance du milieu médical éclaire nos concitoyens qui s’apprête eux-aussi à résister à la campagne honteuse visant d’abord à culpabiliser les parents puis à manipuler la population par des mensonges éhontés tel que celui qui figure sur « l’invitation » : « La qualité, la sécurité et l’efficacité des vaccins utilisés ont faits l’objet d’une étude rigoureuse de la part des autorités sanitaires dans le cadre des autorisations de mise sur le marché (AMM). » Pour que vous soyez réellement informés, voici la mise en garde et les conseils avisés d’un neurochirurgien réputé :

Personne ne devrait accepter le vaccin contre la grippe porcine

il s’agit d’un des vaccins les plus dangereux jamais conçus. Il contient un adjuvant nommé squalène (MF-59) . Il a été montré que ce produit pouvait provoquer de graves maladies auto-immunes comme la sclérose en plaques, l’arthrite rhumatoïde et le lupus. Il s’agit de l’adjuvant vaccinal qui a été mis en cause dans le syndrome de la Guerre du Golfe qui a tué plus de 10.000 soldats et provoqué une augmentation de 200% de la maladie de Lou Gehring (sclérose latérale amyotrophique ou maladie de Charcot (ALS), maladie mortelle. Le virus H1N1 tue en provoquant une « tempête de cytokines », entraînant le système immunitaire à réagir de manière excessive. C’est la raison pour laquelle il tue des jeunes personnes et provoque une maladie plus légère chez les personnes plus âgées dont le système immunitaire est davantage affaibli. Ce vaccin est un puissant stimulateur de l’immunité qui rend le virus capable d’une beaucoup plus grande létalité .

La meilleure protection est la vitamine D3. Il faudrait dès que possible en prendre 5000 UI (IU en anglais) par jour et quand la maladie commence à s’étendre, augmenter la dose jusqu’à 15.000 UI par jour. La vitamine D3 module la réaction immunitaire, réduisant le risque de réactions excessives. Elle stimule le corps à produire ce qu’on appelle des peptides antimicrobiens (antimicrobial peptides) puissants destructeurs de virus qui ne font pas intervenir l’immunité. L’effet est proportionnel à la dose administrée. Plus la dose de vitamine D3 est élevée, meilleure la protection. Les huiles de poisson contribuent également à réduire une réaction immunitaire excessive. Une cuillère à café par jour serait suffisante. ( La meilleure est l’huile de poisson Norvégienne au citron Carlson ) . En cas de symptômes graves, prendre une cuillère à café deux fois par jour. Divers antioxydants peuvent aussi être utiles comme le curcuma, le « quercetin », l’extrait de pépin de pamplemousse, la vitamine C , ainsi que la vitamine E naturelle. Un apport multi minéraux/vitamines est aussi essentiel. Puis-je vous demander de répandre ce message. Les gens doivent savoir comment se protéger.

Dr RUSSELL L. BLAYLOCK, M.D.

L’annexion de la Colombie aux Etats-Unis

Toute personne moyennement informée comprend aussitôt que l’Accord complémentaire pour la coopération et l’aide technique en matière de défense et de sécurité, signé entre les gouvernements de la Colombie et des Etats-Unis le 30 octobre et publié le 2 novembre dans l’après-midi, équivaut à l’annexion de la Colombie aux États-Unis.

L’accord gêne théoriciens et politiciens. Il n’est pas honnête de se taire maintenant et de parler ensuite de souveraineté, de démocratie, des droits de l’homme, de liberté d’opinion et d’autres merveilles, quand un pays est dévoré par l’Empire aussi aisément qu’un lézard capture une mouche. C’est le peuple colombien qui est en jeu, dévoué, travailleur, batailleur. J’ai cherché dans ce gros document une justification digestible, et je n’en ai vu aucune.

Des quarante-huit feuillets de vingt et une lignes chacun, cinq philosophent sur les antécédents de cette absorption honteuse qui convertit la Colombie en territoire d’outre-mer. Tout part des accords souscrits avec les USA à la suite de l’assassinat du prestigieux leader progressiste Jorge Eliécer Gaitán, le 9 avril 1948, et de la création de l’Organisation des États américains, le 30 avril 1948, discutée par les ministres des Affaires étrangères du continent qui étaient réunis à Bogota sous la baguette des États-Unis durant les journées tragiques au cours desquelles l’oligarchie colombienne faucha la vie de ce dirigeant et déclencha la lutte armée dans ce pays.

L’Accord d’aide militaire entre la République colombienne et les États-Unis en avril 1952 ; celui ayant à voir avec « une mission terrestre, une mission navale et une mission aérienne des forces militaires des États-Unis », souscrit le 7 octobre 1974 ; la Convention des Nations Unies contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes, de 1988 ; la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée, de 2000 ; la Résolution 1373 du Conseil de sécurité de 2001, et la Charte démocratique interaméricaine ; la Politique de défense et de sécurité démocratique, et d’autres sont invoqués dans le document précité. Rien ne justifie la conversion d’un pays de 1 141 748 kilomètres carrés, situé au cœur de l’Amérique du Sud, en une base militaire des États-Unis. La Colombie fait 1,6 fois le Texas, le second État le plus étendu de l’Union, qui fut arraché au Mexique et qui servit ensuite de base pour conquérir à feu et à sang plus de la moitié de ce pays frère.

Par ailleurs, cinquante-neuf ans se sont écoulés depuis que les soldats colombiens furent dépêchés dans la lointaine Asie pour combattre aux côtés des troupes yankees contre les Chinois et les Coréens en octobre 1950. Ce que l’Empire souhaite maintenant, c’est les envoyer se battre contre leurs frères vénézuéliens, équatoriens et contre d’autres peuples bolivariens et de l’ALBA pour écraser la Révolution vénézuélienne, comme ils ont tenté de le faire avec la Révolution cubaine en avril 1961.

Pendant plus d’un mois et demi avant l’invasion de Cuba, le gouvernement yankee promut, arma et utilisa des bandes contre-révolutionnaires de l’Escambray, comme il utilise aujourd’hui les paramilitaires colombiens contre le Venezuela.

Lors de l’attaque de Playa Girón, les B-26 yankees pilotés par des mercenaires opérèrent depuis le Nicaragua, leurs appareils de combat furent transportés vers la zone d’opérations à bord d’un porte-avions, et les envahisseurs d’origine cubaine qui débarquèrent à cet endroit étaient escortés par des navires de guerre et les marines des USA. Aujourd’hui, leurs moyens de guerre et leurs troupes seront cantonnés en Colombie, menaçant non seulement le Venezuela, mais aussi tous les États centraméricains et sud-américains.

Il est vraiment cynique d’affirmer que cet accord infâme est une nécessité de la lutte contre le trafic de drogues et le terrorisme international. Cuba a prouvé qu’il n’y a pas besoin de troupes étrangères pour éviter la culture de plantes et le trafic de drogues et pour maintenir l’ordre interne, bien que les États-Unis, le pays le plus puissant du monde, aient promu, financé et armé durant des dizaines d’années les actions terroristes contre la Révolution cubaine.

Lire la suite L’annexion de la Colombie aux Etats-Unis

L’ Union Européenne veut équiper les voitures de boites noires !

L’Union Européenne a comme plan d’installer dans toutes les voitures des boites noires un peu comme celles que l’on trouve dans les avions pour aider la police à identifier les responsabilités de chacun dans les accidents de la route.

Une étude ayant coûté 2,4 millions de livres qui a duré trois années et a été commandée par le bras de la commission européenne des transports, cet étude recommande l’installation obligatoire de ces boîtes noires dans toutes les voitures. Elles enregistreront 20 types de données, en incluant la vitesse, les mouvements les plus récents de la voiture et si le conducteur a freiné ou a indiqué son action.

Les renseignements seront utilisés par la police et les sociétés d’assurances pour reconstituer des accidents et déterminer qui était en tort. Ils pourraient alors être utilisé dans les tribunaux. Les assureurs seraient capables d’exposer les faux témoignages en vérifiant le compte-rendu de l’ accident,

Les chercheurs croient que cette technologie améliorera la sécurité sur les routes. L’étude, appelée «  Projet Veronic « a, a constaté que les conducteurs avec des boîtes noires seraient moins impliqués de 10% dans un accident fatal et leurs factures de réparation tomberaient jusqu’à 25 %.

Ralf Schmidt-Cotta, le directeur de l’étude qui a été réalisée chez le groupe de pièces automobiles allemand, «  Continental« , a dit : “cette technologie ressemble à un témoin indépendant et neutre. Pour la police et les compagnies d’assurance, ce serait inestimable.

Elle révolutionnera aussi la sécurité routière à cause de l’impact psychologique dû à l’installation des boîtes. Les conducteurs savent qu’ils ne pourront pas échapper à leurs responsabilités après un accident parce que tous leurs mouvements seront enregistrés. Par anticipation, ils conduiront donc plus soigneusement.”

Les boîtes, qui coûtent environ 500£, sont un peu plus grandes qu’un jeu de cartes et sont encastrées derrière le tableau de bord ou sous le plancher. Elles sont raccordés aux détecteurs qui contrôlent les mouvements de la voiture.

Ils sont déclenchés par les changements pointus dans la vitesse ou au gonflement d’un airbag, en leur permettant d’enregistrer des collisions avec les piétons et les voitures. Pour apaiser les inquiétudes sur la vie privée, les boîtes garderont en mémoire seulement des données enregistrées 30 secondes avant un accident et 15 secondes après. Les boîtes alerteront aussi les services d’urgence de chaque accident,

En Grande-Bretagne, les boîtes sont installées, comme c’est la norme, dans beaucoup de véhicules d’urgence. Quand les policiers de la métropole ont décidé de les mettre sur 3 500 de leurs voitures en 1999, il y a eu une réduction de 2 millions de £ du coût des accidents sur 18 mois. Elles sont aussi utilisées dans quelques nouveaux modèles de voiture, bien que les données ne soient pas standardisées.

En Amérique, les boîtes noires sont devenues répandues après que les fabricants aient accepté volontairement de les adopter. Maintenant, elles sont standard dans plus des deux tiers des nouveaux véhicules.

Les automobilistes et les gouvernements sont inquiets de leur utilisation future dans l’UE. Le ministère des transports anglais a déclaré qu’il avait des inquiétudes sur les questions juridiques concernant la vie privée, pendant qu’un porte-parole de l’association des automobilistes a prévenu que rendre les boîtes noires obligatoires serait peu réaliste.

Il a dit : “les aspects pratiques sont épouvantables. Qui paie pour cela ? Cela s’intégrea -t-il avec les autres caractéristiques de la voiture? C’est une technologie qui a besoin d’évoluer sur une base volontaire.”

Schmidt-Cotta a voulu dissiper les inquiétudes sur la vie privée. Il a dit : “nous ne contrôlons pas ces véhicules pendant 24 heures, juste pendant 45 secondes lors une collision. La boite fournirait simplement à la police de meilleures données pour enquêter sur les infractions.”

Traduction réalisée par « La Némésis du Nouvel Ordre Mondial » – Tous droits réservés.

Source : http://www.timesonline.co.uk/tol/driving/article6898129.ece