Archives pour la catégorie Sciences

Toutes les infos et vidéos sur les sciences, le tout sur fond de conspiration ….

Le test SIDA/HIV serait une mystification …

Le test SIDA/HIV serait une mystification ?

Natural News, Mike Adams, 7 janvier 2009

House of Numbers, le documentaire bousilleur du mythe du SIDA de Leung Brent, continue à révulser les apôtres orthodoxes du SIDA, qui ne peuvent souffrir que l’on s’interroge sur leurs théories « scientifiques. » (Sont-elles précisément « scientifiques » si elles ne peuvent pas résister à une petite mise en cause ?)

Pour ajouter à la virulence d’un débat déjà épicé, Brent Leung a publié la séquence de l’interview exclusive avec Natural News, qui remet en question la pensée traditionnelle à propos des soi-disant « tests du SIDA » (qui, avant tout, ne sont absolument pas précis pour déceler l’infection du VIH).


Voici quelques extraits de l’échange filmé dans cette vidéo, où le Dr Constantin raconte tout bonnement au cinéaste Brent Leung que le test du SIDA auquel il s’est soumis est une imbécillité :

Brent Leung dit : « Je vais vous poser une dernière question sur le test du VIH auquel je me suis soumis en Afrique. »

« Et vous en êtes très content ? » demande le Dr Constantin.

Brent gargouille : « Ouaip. J’ai été testé négatif. C’est chouette. »

« Si je vous disais à présent que le test auquel vous vous êtes soumis est nul et n’indique rien, cela ferait-il quelque différence de le savoir ? » répond le Dr Constantin.

Dans ce clip, Leung interviewe aussi le Dr Robin Weiss, qui révèle la faille du soi-disant test « Western Blot, » qui reste jusqu’à ce jour le champion du « test du SIDA. »

« Je ne pense pas que le Western Blot soit un test précieux pour le diagnostic, » dit le Dr Weiss. « Je ne pense pas qu’il vaille le coup. En quelque sorte, le Western Blot a été… promu en Saint Graal. »



Lire la suite Le test SIDA/HIV serait une mystification …

Publicités

Les prochains rendez-vous de la résistance …

– Projection et débat sur les technologies convergentes

Le 11 janvier 2010 de 19h30 à 23h00

Maison de l’écologie, 4 rue Bodin (Lyon 1) – Métro C, Croix-Pâquet
Lyon

Projection de Alerte à Babylone, essai de documentation sur le combat vital, réalisé par Jean Druon, et discussion sur les technologies convergentes, en préparation au pseudo-débat de la CNDP à Lyon.

– La fuite en avant technologique et son impact sur le Sillon alpin, à travers l’exemple des nanotechnologies

Le 13 janvier 2010 de 20h00 à 23h00

Collège Geneviève Anthonioz-De Gaulle, Cluses (74)

Jean Therme, directeur du CEA-Grenoble : « Les métropoles économiques à grands potentiels de développement sont repérées de nuit par les investisseurs, grâce aux images fournies par les satellites, sinon en vue directe, depuis un avion. Plus ces villes sont lumineuses, éclairées, plus ils sont intéressés ! Lorsque le ruban technologique de l’arc alpin, entre ses barycentres constitués par Genève et Grenoble, s’illuminera d’une manière continue, lorsque les pointillés des pôles de compétence comme les biotechnologies de Lausanne, la physique et l’informatique du CERN à Genève, la mécatronique d’Annecy, l’énergie solaire de Chambéry et les nanotechnologies de Grenoble, ne formeront plus qu’une longue colonne vertébrale, nous aurons gagné. »

La déferlante des nanotechnologies constitue la nouvelle révolution industrielle. Elles vont transformer nos vies, notre région et le monde. Toutes les puissances high tech investissent dans les nanotechnologies, dont l’objet est la manipulation de la matière à l’échelle de l’infiniment petit – atome, gène, neurone, bit. Des centaines d’applications industrielles, policières et militaires servent déjà, tandis les chercheurs travaillent à leurs projets d’eugénisme et d’artificialisation : l’homme-machine dans le monde-machine.

Documents joints :

* Affiche Serpent alpin (PDF – 458.3 ko)

– Le flicage tranquille

Le 23 janvier 2010 de 15h00 à 19h00

Salle Babeuf (ex-salle Dewailly, place Dewailly)
Amiens

Fête-débat contre le flicage technologique organisée par le journal Fakir, avec des salariés de Coriolis (fliqués sur leur lieu de travail) et Pièces et Main d’œuvre.

468x60 pixel referral banner

La vaccination contre le H1N1 en Europe : signalement de 55 décès !

55 signalements de décès après vaccination avec Pandemrix®, en Europe, sur une base de 5,7 millions de personnes vaccinées avec ce même vaccin. L’Agence européenne du médicament (EMEA) publie son premier bulletin de pharmacovigilance sur les effets indésirables, en Europe, des vaccins anti-H1N1. L’EMEA a donc réalisé, comme le fait l’Afssaps en France, une estimation du nombre de doses de vaccins et d’antiviraux distribuées ou administrés en Europe, un résumé des effets indésirables, liés aux signalements transmis à l’agence européenne après injection de ces vaccins et prise de ces d’antiviraux. Ce bilan européen de pharmacovigilance porte ainsi sur les vaccins Celpavan®, Focetria® et Pandemrix®, principal vaccin utilisé en France et l’antiviral Tamiflu®, mais attachons nous aux informations concernant Pandemrix®, le vaccin majoritairement utilisé en France.

Ce rapport présente les effets présumés observés après administration du vaccin ce qui ne signifie pas obligatoirement que ces effets sont directement liés à la vaccination, précise à plusieurs reprises l’EMEA. Comme pour toute étude de pharmacovigilance, « ils pourraient être le symptôme d’une autre maladie ou associés à un autre produit pris par le patient ». Ces résultats fournissent donc, même avec une marge d’erreur possible, des informations intéressantes sur le profil de sécurité des vaccins.

Ces informations ont été obtenues à partir d’EudraVigilance, le système de gestion de base de données géré par l’EMEA pour la collecte et l’évaluation des signalements d’effets indésirables présumés des médicaments dans l’Espace économique européen (EEE). Elle permet le transfert des rapports d’organismes nationaux de réglementation et les détenteurs d’autorisation de commercialisation à l’EMEA, ainsi que la détection précoce et la surveillance des alertes de sécurité possibles par rapport aux effets indésirables rapportés. Les signalements sont recueillis sur une base continue. Ce rapport porte sur l’ensemble des signalements reçus depuis la mise sur le marché des vaccins en Europe et jusqu’au 27 novembre, chaque signalement pouvant comprendre plusieurs effets indésirables.

L’étude porte sur 10 millions de personnes vaccinées. Intéressons-nous à Pandemrix®, le vaccin utilisé en France. Pour l’Europe, Pandemrix® a donné lieu à 6269 signalements pour une distribution de vaccins estimée à 39,3 millions de doses et un nombre de personnes « vaccinées au pandemrix® de 5,7 millions (au 17 novembre) :
-Une plus grande incidence de la fièvre (≥ 38 ° C), après la seconde dose de Pandemrix® chez les nourrissons de 6 mois à 35 mois a néanmoins été constatée. Une évaluation de ces données est en cours.
– Fièvre, maux de tête, nausées, vomissements, fatigue, réactions au site d’injection, myalgies, arthralgies, paresthésies, vertiges, douleurs des extrémités, diarrhée, frissons, dyspnée, malaise, toux et réactions anaphylactiques ou d’hypersensibilité constituent les réactions les plus fréquemment signalés depuis le vaccin a été autorisé.
-55 signalements de décès ont été reçus par le système EudraVigilance. L’EMEA précise que « Rien ne confirme le lien entre ces décès et la vaccination »…
-24 cas graves intervenant sur la grossesse tels que des avortements, des décès intra-utérins, des morti-naissances, hypokinésie fœtale et naissance prématurée. Ces cas sont en cours d’analyse. « Il n’existe actuellement aucune preuve d’un lien de causalité entre le vaccin et les événements rapportés » précise l’EMEA.
-26 cas de réactions anaphylactiques ou d’hypersensibilité pédiatriques (24 cas âgés de 0 à 17 ans, et 2 avec un âge inconnu). L’anaphylaxie est une réaction indésirable rare mais possible avec Pandemrix ®.
-3 signalements de syndrome de Guillain-Barré (SGB) ont été rapportés. Deux se sont produits bien après la vaccination, souligne l’EMEA et sont sous enquête.
-1 cas de rejet de greffe cardiaque en Suède a été rapporté.

Pourtant, selon l’EMEA, le rapport bénéfice / risque des vaccins contre la pandémie (et des antiviraux) reste positif. « À ce jour, aucun problème de sécurité grave et inattendu n’a été identifié. Les effets indésirables les plus fréquents sont prévus et bénins », poursuit l’EMEA.

En date du 19 Novembre, l’OMS avait reçu des informations de vaccination de 16 des 40 pays qui mènent des campagnes nationales de vaccination anti H1N1. Sur la base de l’information reçue de ces 16 pays, l’OMS estime que près de 80 millions de doses de vaccin donc environ 90 millions à ce jour, ont été distribués et que près de 65 millions de personnes ont été vaccinées.

Source: SanteLog

Copenhague et le changement climatique : Nouvelle apparition de Vincent Courtillot sur France Inter

Nicolas Demorand reçoit dans le 7/10 de France Inter, Vincent Courtillot, géophysicien membre de l’Académie des sciences, directeur de l’Institut de physique du globe de Paris (08h20 – 07 Décembre 2009). Écoutez attentivement cette homme de sciences s’exprimer à nouveau sur le changement climatique.

Voir aussi :

Pseudo débat sur le climat : Vincent Courtillot accusé de “négationnisme”
“Le changement climatique n’est pas notre principal problème”

Pseudo débat sur le climat : Vincent Courtillot accusé de « négationnisme »

Débat chez Taddeï jeudi 3 décembre sur le réchauffement climatique.

Le géophysicien Vincent Courtillot est opposé au ministre de l’écologie, de l’énergie et du développement durable Jean-Louis Borloo, et au climatologue Jean Jouzel, vice président du Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’Evolution du Climat (GIEC).

Il réaffirme sa position sceptique : selon lui, le réchauffement climatique, réel, du siècle dernier serait dû principalement au soleil, qui connaîtrait des cycles d’environ 1000 ans, et non pas au gaz carbonique dégagé par l’homme – même si cette cause deviendra peut-être prédominante dans l’avenir. En conséquence, il prétend que d’autres problèmes, eux sûrs et tragiques dès maintenant (accès à l’eau, gestion des déchets, démographie) sont prioritaires.

Alors que Courtillot tente de tenir un discours argumenté et nuancé, ses adversaires pratiquent l’insulte et l’amalgame. Point d’orgue des attaques : Elise Buckle, responsable « Energie / Climat » pour le WWF France (World Wildlife Found, littéralement le fonds mondial pour la vie sauvage), accuse le scientifique de « négationnisme« .