Un avocat de la commission du 11 septembre : Le gouvernement a accepté de mentir



Selon l’avocat de la Commission sur le 11/9, le gouvernement a accepté de mentir à propos des événements

 

L'homme chargé par le gouvernement d’aider à enquêter sur les attentats dévoile dans un nouveau livre comment « l’histoire officielle est presque totalement fausse »

Prison Planet, Paul Joseph Watson, 14 avril 2009

John Farmer, l'avocat le plus haut placé de la Commission sur le 11/9, dit que le gouvernement a accepté de ne pas dire la vérité à propos du 11/9, faisant écho aux affirmations de ses coreligionnaires à la Commission, qui ont conclu qu’avec sa réaction aux attentats, le Pentagone s’est engagé dans une tromperie délibérée.

Farmer servait de conseiller juridique à la Commission sur le 9/11 (officiellement connue sous le nom de Commission Nationale sur les Attentats Terroristes Contre les États-Unis), et fut aussi Procureur Général (ministre de la Justice) du New Jersey.

Le livre de Farmer, à propos de son expérience de travail à la Commission, est intitulé The Ground Truth: The Story Behind America's Defense, on 9/ 11 (La vérité bâillonnée : L’intrigue du 11/9 derrière la défense de l’Amérique), et est prêt à sortir en septembre.

Ce livre dévoile comment « le public a été gravement induit en erreur quant à ce qui s'est passé au matin des attentats, » et Farmer lui-même déclare que, « à un certain niveau du gouvernement, à un moment … il y a eu un accord pour ne pas dire la vérité sur ce qui est arrivé. »

Seul le parfait naïf pourrait contester que cette entente à ne pas dire la vérité est un acquiescement au mensonge. Farmer soutient que c'est le gouvernement qui a convenu de fabriquer une fausse version officielle des faits pour couvrir la véritable intrigue derrière le 11/9.

L'éditeur du livre, Houghton Mifflin Harcourt, déclare que, « Farmer construit un dossier d’une éloquence implacable, montrant que, non seulement la version officielle est presque totalement fausse, mais qu'elle sert aussi à créer une fausse impression d'ordre et de sécurité. »

En août 2006, le Washington Post a signalé, « Selon des sources impliquées dans le débat, certains membres du personnel et de la Commission sur le 11 septembre ont conclu que la première histoire du Pentagone, sur sa façon de réagir aux attentats terroristes de 2001, a pu faire partie d'une démarche délibérée pour induire en erreur la commission et le public plutôt que résulter d’une réflexion embrumée sur les événements de ce jour-là. »

Ce reportage révélait que les 10 membres de la commission soupçonnaient si gravement une supercherie qu’ils ont envisagé de soumettre l’affaire au ministère de la Justice pour diligenter une enquête criminelle.

« Nous ne nous savons toujours pas aujourd’hui pourquoi le NORAD [Commandement de la Défense Aérospatiale de l’Amérique du Nord] nous a dit ce qu'il nous a raconté, » a déclaré Thomas H. Kean, l’ancien gouverneur républicain du New Jersey qui a dirigé la commission. « C’était si éloigné de la vérité… C’est l'un de ces derniers détails qui n’ont jamais été réglés. »



John Farmer

La déclaration de Farmer lui-même est citée dans l'article du Post : « J'ai été choqué par la divergence entre la vérité et la façon dont elle a été décrite… Les bandes [de la défense aérienne du Norad] racontent une histoire qui diffère radicalement de ce qui a été raconté au public et à nous depuis deux ans… Il ne s'agit pas d'un affolement. Ce n'est pas vrai. »

Comme nous le signalions aussi en août 2006, des séquences des bandes du 11/9 publiées par le NORAD, mises en manchette dans un article de Vanity Fair, ne faisait pas grand chose pour répondre aux questions des sceptiques sur l'impuissance de la défense aérienne des Etats-Unis le 11/9 et ne font qu’attirer l’attention sur l'incompatibilité entre la version officielle des événements et ce que l’on sait s’être effectivement produit ce jour-là.

Ne vous y trompez pas, Farmer ne dit pas que le 11/9 était un coup monté de l’intérieur. Toutefois, son témoignage, et celui de ses coreligionnaires à la Commission, démontre de façon concluante que, quel que soit ce qui s’est réellement passé ce jour-là, l’histoire officielle racontée au public et ce qui reste aujourd'hui de la version des événements des autorités, est, selon les gens chargés d’enquêter par le gouvernement, un mensonge. C'est un fait qu’aucun debunker* ou apologiste du gouvernement ne pourra jamais nier légitimement.

* Le mot anglais debunker désigne une personne chargée de discréditer un sujet en le ridiculisant.


Original : www.prisonplanet.com/911-commission-counsel-government-agreed-to-lie-about-911.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s